Galerie
Galerie

Église de Santo Estevo de Ribas de Miño

Églises-chapelles

Les premières sources connues qui font référence à cet ancien monastère datent du XIIe siècle. Dans ces documents, un inventaire de la « Mitra de Lugo » est effectué par Doña Urraca Fernández, et le monastère y est indiqué comme étant une donation.

Le point fort du bâtiment actuel est son adaptation au terrain. Il a été réalisé pour contrer la pente de la montagne et une crypte a été construite pour soutenir la base de l'église. Cette solution novatrice fut apportée en Galice par maître Mateo lors de la réalisation de la crypte de la cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle. Il y a de nombreux éléments de cette église qui sont certainement inspirés de l'architecture de Mateo.

Elle est articulée intérieurement en une seule nef à quatre sections, particulièrement large. Le toit en bois est soutenu par des arcs diaphragmes légèrement en ogive qui sont supportés par des colonnes adossées. Il est certain qu'au départ, il avait été considéré de réaliser tout le plafond en pierre, mais l'ouvrage a été abandonné. L'abside reflète également des influences de la cathédrale d'Ourense, avec quelques curieuses rosaces à tracés géométriques qui apportent plus de lumière à l'intérieur. La croisée d'ogive est soutenue par des corbeaux. Les trois niches semi-circulaires font également référence à Ourense et sont répétées à Pesqueiras. De minces contreforts renforcent la nef de l'extérieur. Sa structure dégage une grande force, mais une certaine élégance. Les corbeaux ne sont pas décorés. La décoration est réservée aux fenêtres, et aux portes. En particulier la porte principale qui surplombe la vallée, ainsi que la porte sud.

Les chapiteaux sont enrichis de motifs végétaux, d'axes perlés et de points trépané, qui proviennent de Portomarín et que l'on retrouve également dans l'église voisine de Pesqueiras. De même qu'à Portomarín, il y a deux escaliers intérieurs en colimaçon qui nous permettent de monter au triforium devant la grande rosace de la façade principale, considérée comme l'une des plus grandes de Galice.

S'il y a une chose que nous devons souligner, c'est sa façade principale typique de Mateo. Le Pórtico de la Gloria (Portail de la Gloire) est sans aucun doute une référence et un modèle. Non seulement de par ses formes, mais aussi dans les solutions qu'il apporte. Au-dessus de la crypte inférieure, la façade est structurée en trois ouvertures qui ne correspondent pas à l'organisation intérieure du bâtiment. Un auvent avec des modillons sur lequel reposent des arcs en plein cintre divise la façade en deux, séparant la grande rosace ajourée par des cercles et des pentagones allongés.

Archivoltes, chapiteaux, fûts, montants, écoinçons,... renvoient à Portomarín. Le choix du marbre pour les fûts des colonnes et les éléments nobles se distingue, en contraste avec le granit qui compose le reste de l'édifice.

L'archivolte externe commune des trois embrasements est ornée par une représentation de « raisins » ou d' « ananas » selon les différentes théories. L'embrasement central est entouré d'archivoltes décorées de motifs végétaux qui font sûrement référence à la flore de la région. Cependant, l'archivolte intérieure se distingue par une décoration de figures sur le modèle du Portail de la Gloire, évoquant l'orchestre céleste puisque certains d'entre eux portent des instruments de musique. Les deux portent un soleil et une lune qui font référence au monde terrestre.

L'Épiphanie qui est aujourd'hui conservée à l'intérieur mérite une mention spéciale. Elle provient de la récupération de plusieurs pièces trouvées lors de restaurations récentes. D'une part, les Rois Mages, qui avaient été réutilisés pour le sol de l'église. Et la figure de Notre Dame assise trouvée dans l'atrium dans les années 1940.

La Vierge tient l'Enfant sur ses genoux tandis que dans sa main droite elle tient une sorte de maillet surmonté d'un artichaut. Il reçoit à son tour le cadeau offert par le premier des rois mages qui s'agenouille et prend s'ôte sa couronne en signe de soumission et de respect. Les deux autres se lèvent et attendent leur tour. La similitude avec le porche de la Corticela, dans la cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle est frappante. L'icône de la Vierge conserve des traces de polychromie qui n'ont pas été conservées pour les Rois mages.

On peut également admirer de beaux fonts baptismaux d'art roman avec des décorations géométriques très particulières.

À l'extérieur, un curieux clocher se dresse sur une roche. Il s'agit sans doute du résultat de réformes ultérieures.

Vous pouvez faire une visite virtuelle à 360º cliquant ici.

À ne pas manquer!

Il existe bien d'autres monastère tout aussi emblématiques du lieu et du style roman qui caractérise la Ribeira Sacra. Par exemple: San Paio de Diomondi ou San Vitoiro de Ribas de Miño, dont nous recommandons la visite.

Église de Santo Estevo de Ribas de Miño

Voir plus...

Informations et contact

Adresse

Santo Estevo de Ribas de Miño

O Saviñao

27594 Lugo

Téléphone de contact
982 452 061
Horaire
L'intérieur de l'église est fermé, et on ne peut y accéder qu'en contractant une visite avec des guides officiels.

Équipement et services

Parking

Accessibilité

Fauteuil roulant
En voiture
À vélo
Mobilité réduite
Déficience visuelle
Comment arriver Comment arriver