Galerie
Galerie

Monastère de Santo Estevo de Ribas de Sil

Monastère

Le monastère de Santo Estevo de Ribas de Sil est l'un des ensembles les plus remarquables et les plus spectaculaires du riche patrimoine monumental de Galice. Il a été construit entre le XIIe et le XVIIIe siècle.

La tradition la plus ancienne nous dit que Santo Estevo a été fondé au VIe siècle par San Martín Dumiense. Cela est probablement dû au fait que la christianisation de la Galice s'est faite par la route du sud, par les voies romaines de la Bétique à Braga et de cette dernière à Astorga et Lugo. C'est également à travers ces voies que le monachisme primitif s'installe.

L'histoire documentée de ce monastère s'initie suite à l'émission du privilège d'Ordoño II, le 12 octobre 921. Le roi accorde à l'abbé Franquila le territoire ruiné et abandonné de San Esteban, avec ses bosquets, ses lieux de pêche et ses berges, pour y construire une basilique ou un monastère. Franquila semblait gouverner une communauté d'ermites et a décidé de rétablir la vie cénobitique à San Esteban.

Ce monastère était important, car neuf évêques se sont retirés de leur siège épiscopal et ont choisi le monastère pour finir leurs jours tout au long du Xe siècle et peut-être une partie du XIe siècle. Le monastère a conservé leurs dépouilles et, en souvenir, a intégré neuf mitres à son écusson.

L'église a un plan basilical, spacieux et proportionné. Elle conserve un chevet roman à trois absides, celle du centre étant plus basse que les latérales, un cas inhabituel dans l'architecture romane galicienne. La façade de l'église date de la fin du XVIe siècle ou du début du XVIIe siècle. Dans la partie supérieure, il y a un simple oculus qui donne de la lumière à l'intérieur et se termine par une niche à l'intérieur de laquelle se trouve l'icône de Saint Étienne.

À l'intérieur du temple, on remarque le retable de la chapelle, une œuvre de la Renaissance réalisée par Juan de Angés au XVIe siècle. Parmi toutes les scènes représentées, celle située dans la partie inférieure est particulièrement remarquable. Elle représente une double scène de martyre d'un homme et d'une femme, qui peut s'interpréter comme étant la double scène de flagellation de Saint Vicent et de Sainte Christine, en hommage aux deux abbayes San Vicente de Pombeiro et Santa Cristina de Ribas de Sil.

Sur un côté du transept de l'église se trouve un retable en pierre, un exemple unique en son genre, difficile à dater, car certains spécialistes le datent au XIIe siècle et d'autres au XIIIe. Il s'agit d'une longue pièce en granit, de forme rectangulaire dont la partie supérieure se termine par un fronton, ce qui est inhabituel pour l'époque. Il représente le Christ en gloire avec les douze apôtres.

La façade du monastère est de style baroque, construite en 1736. On peut y voir entre les colonnes deux icônes de saints de l'ordre : Saint Benoît et Saint Vincent. Au-dessus d'eux, deux écussons. A gauche, celui du monastère avec les neuf mitres, en hommage aux neuf évêques.  A droite, celui de la Congrégation Cistercienne de Castille. Le tout est couronné par l'impérial de Charles Quint.

L'entrée du monastère donne sur le cloître d'entrée, aussi appelée le cloître des chevaliers. Il est d'une grande ampleur et de dimensions importantes. Il s'agit d'une œuvre de Diego de Isla, au XVIe siècle. Il possède trois parties, contrairement aux autres qui n'en ont que deux, car le monastère est construit sur un terrain en escalier vers le Sil. Un vitrail capte notre attention sur un des côtés, il a été apporté lors de la restauration du monastère.

Après le cloître d'entrée, entrez dans le cloître des évêques, qui avec l'église, est la partie la plus ancienne conservée dans le monastère. Il est ainsi appelé parce que les neuf évêques qui se sont retirés dans ce monastère y ont été enterrés jusqu'à ce que leurs corps soient transférés à l'église. Il est composée de différents styles architecturaux, qui forment un ensemble homogène et harmonieux. Il a deux corps : le corps inférieur de style roman et le corps supérieur avec une transition du gothique à la Renaissance.

Le monastère possède un autre cloître plus petit qui est connu sous le nom de cloître de la cuisine. Comme celui de l'entrée, il date de la Renaissance et son auteur est Diego de Isla. Ici se trouvaient la cuisine du monastère et le réfectoire.

Vous pouvez faire une visite virtuelle à 360º cliquant ici.

À ne pas manquer!

Si vous visitez la région, nous vous recommandons de vous rendre au monastère de Santa Cristina, situé à quelques minutes en voiture. C'est un autre grand exemple d'architecture religieuse de la Ribeira Sacra.

Monastère Santo Estevo de Ribas de Sil

Claustro de los Obispos

Claustro de los Caballeros

Informations et contact

Adresse

Santo Estevo de Ribas de Sil

Nogueira de Ramuín

32162 Ourense

Téléphone de contact
988 010 110
Horaire
Il peut être visité librement tout au long de l'année, sauf pendant la période de vacances établie par le réseau Parador.
Prix
Gratuit

Équipement et services

Parking
Toilettes
Cafétérias
WiFi

Accessibilité

Mobilité réduite
Fauteuil roulant
Comment arriver Comment arriver